Hasheem reste et restera à jamais la première voix du R’N’B français.
Tout d’abord Dj, ce passionné de musique laisse de côté les platines pour se consacrer au chant. Inspiré par la scène New Jack Swing et R’N’B américaine, en France, il fait figure de pionnier du genre avec son groupe N’Groove.

Il innove alors en contribuant à rendre populaire le R’N’B en français, notamment grâce à sa participation très active à la première compilation de ce style méconnu, Sensitive.
Une version française, à qui il donne ses premières lettres de noblesse, à travers des classiques comme « Reste Flow » et « Sans repères », qui apparaissent sur les légendaires compilations «  Hip Hop Soul Party » du renommé DJ Cut Killer.

« Le Rnb Français est une musique de passionnés, qui ont assimilé et retranscrit l’émotion d’une musique possédant son origine aux Usa. Elle reste multiple et unique. Chacun propose sa propre version. Le principal lien demeure le chant, qui tire son style du gospel, et de plus en plus au rap. »
Dans ses influences, il avoue avoir un penchant pour « la funk électrique de Zapp, James Mtumé ou encore Sos band. En terme de chanteurs, j’ai une nette préférence pour des artistes comme Alexander O’neal, Luther Vandross, Guy, Blackstreet, Jagged Edge ou plus récemment, August Alsina. »
Devenu une référence en la matière, Hasheem multiplie les collaborations avec de nombreux djs, des chanteurs ou encore des rappeurs. Finalement, Arsenal, label du groupe La Cliqua en licence chez Barclay, sera la première structure à le faire briller en soliste.

Effectivement, Arsenal est le premier label à croire à ce style urbain, qui sera mis sous les feux de la rampe au début des années 2000. De cette collaboration naît l’album « Il a Fallu », qui contient les singles « Souvenirs » et « Aimer d’Amour », devenu depuis un incontournable du genre.

Après ce succès critique, Hasheem reste en retrait après l’implosion du RNB français et l’avènement de nouveaux artistes. Néanmoins, il avoue ne plus se reconnaître dans l’éclosion multiple de ces nouveaux chanteurs.
En revanche, l’artiste est encore cité comme un avant gardiste du style. Lors de la remise de sa Victoire de la Musique, Matt Houston lui rend ainsi hommage en le nommant comme une source d’inspiration de son travail.
L’histoire continue son cours en 2005 avec son soutien à l’album « Légende Urbaine », où participe sa sœur Zahariya, La Fonky Family et Rohff.  En 2014, il réapparaît avec le titre « Bienvenue » avec Djamal Classik. Fort de ces apparitions, il travaille en 2016 sur des nouvelles productions avec le producteur de Time Bomb, Dj Sek.
Depuis, Hasheem croit de nouveau à un avenir meilleur pour la musique, qu’il a défendu contre vents et marées depuis près de deux décennies. Le regard porté sur l’avenir, il pose dorénavant un œil bienveillant sur le futur du RNB à la française.

« l’évolution se fera dans l’identité. Le Rnb doit trouver ou retrouver un message fort, mais surtout l’émotion. Je sais qu’ une nouvelle génération y parviendra. Et les anciens sont les garants de cette identité. »
Une identité, à laquelle il a largement contribué et compte bien garder l’éthique, à qui il a toujours prêté fidélité. Si il a déclaré à jamais sa flamme au RNB, Hasheem a bien décidé d’entretenir à l’avenir son foyer avec des projets neufs.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :